BUNDI LE PALAIS

Kipling disait<<le coup d’oeil qu offer le palais crenele de bundi ,de quelque cote qu on l’aborde a-t-on ecrit, est  peut-etre le plus frappant qu’il y ait dans l’inde.quiquonque a va le palaais de bundi pourra aissement s’imaginer les jardins suspendus de babylone . c’est vrai ,et c’est meme au-dessous de la verite. Donner sur le papier une idée adequate

Du bundi ka mahal est impossible >>Accroche au flanc de la colline,le palais-citadelle de bundi s’etage en masses compactes a l’interieur de son enceinte. Plusieurs princes y apporterent chacun leur touche personnelle a des époques differentes, faisant batir plusieurs corps de batiments, si bien que, vu du fort de taragarh qui le surplombe, le palaais offre un peu l’aspect d’un echiquier. Une rampe dallee assez raide mene de la ville a la hazari pol, la monumentale << porte des mille>> ainsi nommee parce qu’une troupe de mille homes y etait cantonnee en permanence, on accede ensuite a la hathi pol, ou porte de l’elephant, gardee par deux enormes pachyderms a la trompe dressee : s’agissait a l’origine, semble-t-il, gigantesques statues de bronze qui, Inde Voyages avec agence Jodhpur Voyage

Probablement fondues pour les besoins de la guerre, furent remplacees par des reproductions en stuc, peintes en couleurs vives. La hathi pol conduit a une petite place sur laquelle s’ouvrent les suries. De la, un escalier grimpe au diwan-I-am, construit au debut du XVll siècle par le rao ratan singh. Le souverain y siegeait sur le trone en marbre blanc aujourd’hui encore installe sur un balcon a dais, tandid que ses sujets se tenaient en Bas, dans lacour. On arrive ensuite devant le chhattra mahal , le plus impressionnant des batiments du palais edifie en 1660 par le rao chhatar sal 290. Si ce prince ne livra pas moins de cinquante-deux batailles au pratofit des moghols, il refusa toujours toute concession aux gouts esthetiques de ses suzerains si bien qu’aucune influence moghole ne vont troubler l’harmonieuse severite de l’architecture rajpote. Au gres materiau de predilection des moghols, il prefera la verte serpentine des carriers de bundi ; piutot que d’adopter de gracieux domes et des colonnades, il privilegia les ornementations rajpoutes : fleurs de lotus, frises d’elephants, consoles finement  ciselees, kiosques et pavillons a profusion…sur une place aux belles proportions, aujourd’hui envahie par la vegetation mais jadis agrementee de fontaines et de basins ou evoluaient  des poisons, se trouve la chitrashala, une salle couverte de peintures murals, unique ua rajasthan, qui  est en fait une galerie a clustra encadrant une cour carree. On peut y admirer des fresques murals du  XVlll siècle aux tons bleu, pourpre et vert, chefs-d’oeuvre de l’ecole de bundi (ci-dessus et a droite)67. Les themes sont varies:scenes de la vie de cour, combats d’elephants, chasses royales, rencontres galantes ou encore episodes de la legende de Krishna, avec predilection pour les rasa, ou l’on voit le jeune dieu danser en compagnie des moqueuses gopi qui s’amusent a mimer ses exploits. Les plus somptueuses de ces peintures sont sans doute celles situees dans une arriere-salle fermee, car leurs couleurs chatoyantes ont ete protégées de la lumiere et des intemperies. Des fresques plus recentes constituent de passionnants documents sur la vie des rajpoutes au XlX siècle, notamment la section qui depeint l’histoire du chhatra mahal.

Inde Voyages avec agence Jodhpur Voyage